Nous n’avons pas qu’un seul corps !

Nous avons, en général, deux représentations du yogi. D’abord un cliché,  un peu effrayant, jauni par le temps, d’un yogi ascétique emberlificoté dans un asana impossible. Ensuite, une image, contemporaine, d’un corps « parfait » mis en valeur par des vêtements tendance sur papier glacé de magazine de yoga. En fin de compte, ces corps ne montrent pas grand-chose. L’essentiel est ailleurs. Effectivement, lorsque nous faisons du yoga, même en « amateur », nous connectons assez vite un au-delà du corps physique. Qu’en est-il exactement ? Avons-nous plusieurs corps ?

RESSENTI

Nous ressentons assez facilement cet invisible par le Pranayama. Par exemple, kapalabhati qui fait pétiller le cerveau. Egalement par la relaxation en fin de cours ou lors de la méditation. Avec le temps, cette connexion s’installe aussi pendant la pratique posturale. En vérité, nous vivons des états modifiés de conscience.

REIKI

Dans la pratique du Reiki , qu’elle soit personnelle (auto-traitement) ou exercée par un thérapeute (soin), nous rencontrons sous nos paumes sensibilisées autre chose que le simple corps sur lequel nous avons posé les mains. Nul doute que sensations de picotements, froid,  chaleur, élancements en témoignent. Prenons le cas d’un soin Reiki, on pourrait jurer que le praticien a trois mains! Il est indéniable que l’ont sent leur poids. Par contre, si l’on ouvre les yeux, force est de constater que celle qui semblait être sur notre pied n’y est pas. Hallucination ?

LES DIFFERENTS CORPS

Notre être est composé de plusieurs corps. Le corps physique que nous connaissons. Et le corps énergétique (appelé aussi corps subtil ou corps éthérique). D’abord ce corps apparut dans la littérature du yoga. Fruit des expériences quasi scientifiques des premiers yogis (observation et théorisation). Ensuite, cette idée se diffusa au 19ème sous l’influence de la théosophie et la vague du spiritisme. A l’époque actuelle, la littérature autour du Reiki et des pratiques énergétiques achèvent de vulgariser cet aspect.
Le corps physique est bel et bien entouré et traversé par un autre corps. Il est invisible à l’œil nu mais décelable par l’expérience. Prenons le cas des émotions. Bien qu’invisibles, elles perturbent notre respiration ou notre teint. C’est pour cela que nous avons des expressions telles que : « rouge de honte » , « une peur bleue », « une colère noire » « blanc comme un linge » etc.

LE CORPS ENERGETIQUE ET LES CHAKRAS

L’énergie parcourt notre corps subtil par un réseau de nadis. Il s’agit d’un terme sanskrit dont les méridiens sont l’équivalent en médecine chinoise. Par ses effets positifs, l’acupuncture prouve leur existence. L’énergie influe sur notre perception et sans nul doute sur la manière dont les autres nous perçoivent. Ce que l’on nomme « l’aura ». Certains diront « telle personne a une bonne aura, j’aime bien son énergie ». A l’inverse, « il est tellement négatif, je ne peux pas le sentir ! ».
Les époux Kirlian par leurs expériences photographiques dans les années trente ont mis au point le procédé Kirlian. De telle sorte que l’on peut photographier la trace de cette « aura ». C’est à dire la circulation énergétique autour et au-delà des corps vivants. Les nadis (72000 selon les anciens ) se croisent dans le corps éthérique, principalement au niveau de l’axe de notre Arbre de Vie. Le long de la colonne vertébrale s’étagent des centres d’énergie, les chakras. C’est la raison pour laquelle, en Reiki, nous apposons les mains au niveau des chakras. Ainsi, nous essayons de rétablir la circulation énergétique bloquée.

LIEN CORPS SUBTIL ET CORPS PHYSIQUE

Il est à noter qu’en yoga, chaque posture agit particulièrement sur tel ou tel chakra. Ainsi Sarvangasana, la chandelle, a une action certaine sur notre thyroïde, le lieu du 5ème chakra. Car les chakras principaux sont alignés sur les glandes endocrines. Finalement, travailler les chakras peut avoir une action sur le système endocrinien. La méditation, elle, est liée aux centres « supérieurs », autrement dit la glande pinéale (épiphyse) et la glande pituitaire (hypophyse) Ainsi, par la pratique du yoga, nous expérimentons et renforçons notre corps éthérique.

Si vous pratiquez un yoga purement postural et physique, vous traduisez une vision mécaniste de la vie : vous vivez votre corps comme un simple corps de matière, c’est de la gymnastique ! Si vous pratiquez le yoga en conscience, vous élargissez le champ de vos perceptions et surtout, vous vous offrez l’expérience (même dès la toute première fois) du bien-être.

OM
Delia


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *